Ophtalmologie Nos engagements contre les maladies de l’œil : prévention, dépistage et soins

Ophtalmologie
Ophtalmologie

Rester en alerte face aux signes annonciateurs d’une maladie de l’œil augmente sensiblement les chances de guérison.

L’ophtalmologie est un domaine dans lequel les traitements, mais aussi les moyens de prévention et de dépistage, connaissent des progrès majeurs ces dernières années.

Chez Bayer, nous proposons des traitements et des campagnes d’information sur les maladies de l’œil potentiellement invalidantes.

Parmi les différentes affections qui peuvent affecter la vue, chez Bayer, nous intervenons principalement sur trois maladies ophtalmologiques :

  • la dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA,
  • la baisse visuelle due à l’œdème consécutif à l’occlusion de la veine centrale de la rétine (OVCR) ou de branche veineuse rétinienne (OBVR),
  • la baisse visuelle due à l’œdème maculaire diabétique, ou OMD.

Mieux connaître ces maladies permet d’adopter les bons réflexes santé pour les éviter et ainsi détecter les symptômes les plus précoces. Il est essentiel de consulter un spécialiste dès les 1ers signes, pour suivre l’évolution de la maladie, éviter les complications grâce à des recommandations et un traitement médical adapté à sa situation.

Dégénérescence maculaire liée à l’âge : ralentir la progression de la maladie

La dégénérescence maculaire liée à l’âge, ou DMLA, est une maladie de la rétine causée par l’altération des tissus rétiniens, qui sont situés au niveau de la macula. C’est la 1ère cause de déficience visuelle et de cécité légale chez les plus de 50 ans dans les pays industrialisés.

La DMLA est une maladie touchant spécifiquement la région maculaire, c’est-à-dire la zone centrale de la rétine. Elle est caractérisée par une tache noire au centre de la vision ou des déformations visuelles et, impacte fortement la vie au quotidien des patients.

Les différents visages de la DMLA

  • La DMLA atrophique ou « sèche » entraîne une altération progressive de la vision. C’est la forme la plus fréquente.
  • La DMLA exsudative ou « humide » peut causer une altération plus brutale de la perte visuelle.
  • Quels sont les origines et les facteurs de risques de la DMLA ?

    La dégénérescence maculaire liée à l’âge peut être associée à plusieurs facteurs de risques : l’âge : à partir de 50 ans, le sexe : les femmes sont légèrement plus touchées que les hommes. L’hérédité est le facteur de risque le plus important. Le tabac joue également un rôle néfaste : chez les fumeurs, le risque de développer une DMLA est multiplié par deux, voire par trois. La mauvaise nutrition est également un facteur de risque.

    Repérer les premiers signes de la DMLA

    Des symptômes qui peuvent paraître anodins : une vision brouillée, des lignes droites qui apparaissent ondulées ou brisées. Il est pourtant nécessaire de rester attentif aux modifications de la vue et de consulter régulièrement un ophtalmologiste dès l’âge de 55 ans.

    LA DMLA et Moi » : Une campagne d’information Grand Public à destination des patients et des aidants

    L’Association DMLA et Retina France en partenariat avec Bayer lancent une nouvelle campagne d’information et de sensibilisation sur la DMLA. Cette campagne originale, véritable immersion dans la vie du malade, veut aider les patients et leurs proches à mieux comprendre les handicaps liés à la maladie et y apporter des solutions.

    La vie n’a pas le même goût avec une DMLA
    La bonne nouvelle c’est qu’aujourd’hui, dans la DMLA humide des solutions existent.

    Parlez-en à votre ophtalmologiste et rendez-vous sur le site dédié :
    www.ladmlaetmoi.fr

    Les traitements actuellement disponibles en France sont des traitements par injection dans l’œil appelés traitements « anti-VEGF ». Ils permettent de stabiliser la vision, et dans certains cas de l’améliorer.


Occlusion de la veine centrale de la rétine

Dans le cas d’une OVCR, la veine centrale de l’œil est bloquée brutalement. Le sang ne peut plus circuler normalement, et cela provoque l’apparition d’un œdème au niveau de la macula. La conséquence principale de cet œdème dû à l’OVCR est une perte soudaine de la vision sur un œil.

OVCR : des origines encore mal connues

Différents facteurs de risques liés au ralentissement circulatoire et à l’occlusion de la veine centrale de la rétine ont été identifiés :

  • l’âge : à partir de 50 ans,
  • le sexe : les hommes semblent légèrement plus touchés que les femmes,
  • des maladies de l’œil préexistantes : glaucome, durcissement ou sclérose de l’artère centrale de la rétine, etc.

Pour prévenir la maladie, il est important de surveiller et traiter les maladies provoquant des caillots sanguins : diabète , hypertension artérielle, troubles de la coagulation .

Diagnostic et traitement de l’OVCR

Le médecin spécialiste peut détecter la maladie, soit au cours d’une visite de dépistage, soit suite à une perte soudaine ou progressive de la vision. Deux solutions peuvent alors être envisagées :

  • le laser, pour prévenir le glaucome néovasculaire, une complication très grave de la maladie,
  • un traitement anti-VEGF qui permet de diminuer l’œdème à l’origine de la baisse de vision.

L’œdème maculaire diabétique : l’espoir d’un traitement

Le diabète, c’est-à-dire l’augmentation anormale de la glycémie sur une longue durée peut endommager la circulation générale et en particulier les vaisseaux dans la rétine. On parle alors de rétinopathie diabétique. Selon l’Institut de la Vision, une personne sur deux atteintes de diabète (I ou II) développera cette maladie.

La rétinopathie diabétique peut alors provoquer des hémorragies rétiniennes et notamment, dans la « macula », le point central de la rétine. Egalement, les vaisseaux sanguins endommagés peuvent laisser passer des fluides : Ce phénomène crée un œdème (OMD) qui provoque à son tour, des troubles de la vision, et à terme, une altération de la vue.

Prévenir l’OMD est possible

Pour diminuer le risque d’être affecté par cette complication, deux mesures s’imposent :

  • une surveillance attentive de la glycémie, des lipides sanguins, et de la tension artérielle pour les personnes atteintes de diabète de type I ou II,
  • et des visites régulières chez l’ophtalmologiste.

Des solutions pour réagir

Une fois l’OMD déclarée, plusieurs démarches sont envisageables :

  • l’injection d’anti-inflammatoires dans l’œil, pour réduire le saignement dans la macula et ainsi, l’inflammation des vaisseaux,
  • un traitement par laser : maculaire ou périphérique,
  • une intervention chirurgicale le cas échéant. Un traitement anti-VEGF pour lutter contre l’OMD et ainsi restaurer la vision centrale.

Bayer accompagne les ophtalmologues et orthoptistes et lance Ophta + : une plateforme d’échanges et de services dédiée à leur pratique quotidienne.

Ce nouveau service : 1er réseau social pour les ophtalmologues et orthoptistes permet désormais à ces professionnels de santé d’échanger, de s’informer et de planifier leur activité.

Ophta+ est disponible sur internet www.ophtaplus.fr et via une application pour smartphone, téléchargeable sur Google Play et Apple Store.


Redirection

Vous allez être redirigé vers une page extérieure au site Bayer Pharmaceuticals France. Nous ne pouvons être tenus pour responsable du contenu disponible sur le site que vous allez visiter.